Juricomptabilité et évaluation d'entreprise

Articles Written By: Hélène Bouchard

helene@juricomptable.com'

About Hélène Bouchard

Juricomptable, expert en évaluation d'entreprise, CPA, CGA, fiscaliste, arbitre accrédité. Consultante et formatrice. Expérience en détection de la fraude, expert-conseil dans litiges. Planification fiscale et successorale. Estimation de la valeur d'une entreprise. Arbitrage civil et commercial. Maîtrise en fiscalité. Formation en innovation, juricomptabilité, évaluation des dommages, évaluation d'entreprises.

Author Website: http://www.juricomptable.com

Fraude fiscale: la justice américaine s’intéresse à des comptes bancaires en Suisse

La justice américaine s’intéresse à des comptes bancaires suisses détenus par des américains. On exige de la banque suisse USB qu’elle donne des informations sur 52 000 comptes secrets détenus par des américains :

UBS a en effet accepté mercredi de payer 780 millions de dollars pour solder une affaire d’évasion fiscale, et s’est engagée à livrer les identités des clients qu’elle avait aidés à échapper illégalement au fisc.”

…”UBS avait décidé en juillet de mettre un terme à son activité transfrontalière, qui selon les autorités américaines voyait «des banquiers suisses faire régulièrement le voyage aux États-Unis pour promouvoir le sceau du secret propre aux banques suisses auprès de clients américains intéressés par la dissimulation de revenus au fisc.”

Source: Cyberpresse

Serait-ce le début de la fin du secret bancaire qui fait la fierté des banques suisses?

À lire aussi ici: New York Times:

In the criminal investigation that led to this week’s settlement, the Justice Department had zeroed in on about 19,000 wealthy Americans. Those UBS customers had a combined $20 billion in assets at the bank, and may have evaded $300 million a year in federal taxes through UBS’s undeclared offshore private banking services.”

“As part of Wednesday’s settlement, the Justice Department received the names and bank records of about 250 wealthy American clients of UBS. According to people briefed on the matter, the department was preparing to indict several on charges of offshore tax evasion. A Florida federal judge is expected to approve the enforcement request in three to six months, which allows UBS time to appeal and ask for extensions.

Source : Le New York Times

Serait-ce le début de la fin du secret bancaire qui fait la fierté des banques suisses?

Piratage sur internet de chansons et de films : des broutilles?

dreamstime_7058886Avez-vous déjà téléchargé  une chanson sur internet , sans payer? Un film?  Les logiciels que vous utilisez sont-ils des copies piratées? Pourquoi payer 25$ pour un Dvd quand je peux l’avoir pour presque rien?

Imaginez que lorsque vous allez acheter un dvd ou un cd de votre artiste préféré vous pourriez le télécharger illégalement  ou que vous pouvez avoir la suite Microsoft Office pour 50$ ( copie illégale) au lieu de la suite complète à 995$? C’est tentant, c’est facile ( proximité) et le risque de se faire prendre est quasi nul ( sans risque) et que de toute façon, il n’y a rien là, tout le monde le fait, ( je le mérite, la société me doit bien ça, je paie déjà assez d’impôts, ils sont encore plus voleur que moi …etc).

Et si , au lieu de télécharger des copies illégales, vous aviez les mêmes conditions ou le même genre d’ environnement pour frauder votre patron? ou vos créanciers? ou des partenaires d’affaire ou votre associé?

Nous avons, ci-dessus, les 3 grands ingrédients communs à toutes les fraudes: la proximité ou la possibilité de faire, le sentiment que je ne me ferai pas prendre et que je le mérite et que je sauve de l’argent. Aucune différence entre la petite fraude individuelle ou les grandes fraudes telles que celle de Lacroix, Madoff et autres. La seule différence est l’ordre de grandeur de la fraude. Les motifs sont les mêmes. il n’y a pas un vieux dicton qui dit : qui vole un oeuf vole un boeuf?

Le téléchargement illégal , événement individuel que certains considèrent insignifiant est d’une ampleur gigantesque à l’échelle du net. En France, le téléchargement illégal atteint 500 000 vols de films par jour. Un article du journal Le monde ( cliquez ici) de Luc Besson ( le réalisateur, producteur et scénariste)  :  Halte au piratage à grande échelle via internet:

Certains internautes se cachent derrière une idéologie, celle de la “culture gratuite”, oubliant au passage les centaines de milliers de salariés qui vivent de ce secteur. Grâce à une prise de conscience collective, le gouvernement s’apprête enfin à faire voter un dispositif qui permettra de punir les auteurs de ces vols.”

En plus de la personne qui télécharge illégalement, il y a le site qui vend à rabais ou qui donne, l’hébergeur qui reçoit une somme d’argent, les sites qui vendent de la pub à ces entreprises. Il y a plusieurs acteurs d’impliquer dans ce genre de traffic.

Et pendant ce temps là, toute une industrie de la culture et du divertissement ou même de l’informatique , les employés, les salariés, les auteurs, les artistes ont de la diffciculté à survivre.

Luc Besson termine par :

“Il faut que cesse l’hypocrisie qui permet à de grandes institutions françaises et internationales de gagner de l’argent sur le dos de créateurs qui ont perdu, rien qu’en France, 1 milliard d’euros en 2008 à cause du piratage d’oeuvres cinématographiques sur Internet. Le cinéma continue à vivre en France grâce à quelques professionnels passionnés qui réinvestissent en permanence ! La loi doit défendre ces artistes. Une société qui ne protégerait pas le talent et la passion de la cupidité et du cynisme serait une société à bien des égards désespérante, et le désespoir est une maladie que la France ne peut plus se permettre d’attraper.”

( source:  www.lemonde.fr)

Pour des statistiques au Québec , voir le site de l’ Adisq en cliquant ici.


Plans de relance économique: là où est l’argent, il y a de la fraude

La première fois où j’ai entendu parler des plans de relance rapides et express de l’économie je me demandé quel sera le délai où les fraudes seront connues. L’imagination et la créativité des fraudeurs est grande et très fertile. Ils ont une facilité à trouver les failles , à en profiter et par la suite cacher l’argent volé.

Déjà le FBI réassigne des agents luttant contre le terrorisme vers la section des crimes économiques:

“The FBI has reassigned some agents from terrorism cases to financial crimes.

The government’s $700 billion Troubled Asset Relief Program, and proposed economic stimulus legislation, likely will result in increased criminal activity, said Neil Barofsky, special inspector general of the TARP program, in prepared testimony.

“History teaches us that an outlay of so much money in such a short period of time will inevitably draw those seeking to profit criminally,” he said.”

À lire, sur Bloomberg en cliquant ici.

Lu: Business Fairy Tales – Grim Realities of Fictitious Financial Reporting

Un livre détaillant les “autopsies” de certaines fraudes et arnaques célebres: Sunbeam, Enron, WordCom, Xerox, Krispy Kreme, etc. mais d’un point de vue technique, comptable .

Le point intéressant c’est que l’auteur , un comptable, montre les signes ou les “red flags” qui permettent d’identifier des transactions douteuses.

Intéressant , mais pour les comptables ou gens ayant de bonnes notions financières et comptables.

Goinfrerie de la finance: 2008 année record des bonus, des fraudes et des pertes pour les épargnants?

dreamstime_4122874

L’année 2008 a été fertile pour les financiers: de gros bonis pour les directeurs financiers pendant que les épargnants perdent ( quelle est la perte de valeur dans vos Reer et fonds de pension?) .  Évidement , inutile de s’énerver, des pertes de 35%-40% c’est temporaire…ca va remonter, c’est certain (  avec des taux de rendement de 1 ou 2%, ca prend combien d’années pour récupérer? ).

dreamstime_7864947

Je pense aux  contribuables qui paieront la note de la relance des institutions qui ont causés le problème et continueront de payer via leurs impôts et taxes foncières pour les fonds de pension déficitaires ou qui paieront la note des pertes de la Caisse de dépôts .  Je pense aux victimes qui ont investis dans Norbourg, Mount Real , Norshield et qui ont perdu les épargnes d’une vie de travailleur.

dreamstime_36800891Je remplis le réservoir de mon auto tout en regardant le prix du litre et je ne comprends pas que lorsque le prix du baril augmente, le lendemain ou presque le prix à la pompe augmente et lorsque le prix du baril baisse,  he bien…le prix à la pompe ne baisse pas .  J’écoute la radio ( après avoir fait le plein ) et j’entends que la crise est de la faute du consommateur ( dont moi ) parce qu’il consomme trop, qu’il est trop endetté et qu’il n’épargne pas assez, qu’il n’a pas été assez prudent.

J’écoute la télé et on interview un ex-fraudeur-repenti-charmeur-toujours-intelligent qui vient d’écrire un livre à succès sur ses fraudes et qui est présenté sous un jour vraiment sympathique .Hé oui, les fraudeurs sont sympathiques, on les admire, on les envie et surtout on s’identifie au genre de vie qu’ils mènent ( la vie des gens riches et célèbres est pour moi aussi! )

Et, quelles sont les solutions à cette crise? Hausser les impôts? Non, les baisser? Investir massivement dans les routes et infrastructures? Donner des crédits d’impôts pour les rénovations résidentielles? ( je vois déjà les grands sourires des futurs fraudeurs trouver des  moyens pour sauter sur de nouvelles occasions de fraudes ). Faire une commission d’enquête? Augmenter le taux de natalité et le taux d’immigration pour renouveller et augmenter la banque de payeurs de taxes ?

Sur le blog du diplo ( Le monde diplomatique) , un article de l’économiste Frédéric Lourdon:  Surtout ne changez rien!

“C’est le mode d’emploi de la bombe à hydrogène politique, il n’est nul besoin d’aller en chercher les composants chimiques dans un obscur recoin de l’internet, tous sont là, exposés sous nos yeux, il suffit de les observer et d’attendre leur précipité. Petite recette de chimie détonante : 1) la tragique désorientation des décideurs ; 2) la (remarquable) persévérance dans l’obscénité des hommes de la finance, même aux tréfonds de la déconfiture ; 3) l’état de rage qui gagne une part croissante de la population ; 4) la cécité, par atermoiement ou simple incapacité, de la quasi-totalité des médiateurs, gouvernants, partisans et syndicaux, incapables de saisir l’enjeu véritable de la situation, qui ne réclame pas le retrait d’une réforme, ou même d’une politique, mais une nouvelle donne d’une ampleur semblable à celle qui eut lieu au sortir de la deuxième guerre.” ( SOURCE, CLIQUEZ ICI )

L’auteur souligne le désarroi et l’incapacité des dirigeants , la nouvelle donne de “too big to fail” pour les grandes institutions et entreprises, justifiant ainsi l’aide de l’état

Que la goinfrerie de la finance ne connaisse aucun frein pendant la déconfiture et que les bonus continuent de valser à milliards pendant l’aide publique est un non-événement du point de vue macroéconomique. Mais du point de vue politique, pardon ! Le fait est qu’avec la finance, 2009 commence en fanfare. Avant que ne soit formalisé son rachat par Bank of America, John Thain, président de Merrill Lynch, a décidé que lui-même et ses troupes avaient bien mérité un dernier petit bonus pour la route — entre 4 et 5 milliards de dollars, alors même que Merrill apporte en « dot » à son mariage 15 milliards de pertes, qui ont conduit le Trésor US à lui fournir 20 milliards de dollars supplémentaires d’argent public et une garantie de reprise de perte de… 118 milliards.”

Il explique aussi , pourquoi le plan de sauvetage des banques ne fonctionnera pas.

Les solutions proposées:

  1. Refondre les structures bancaires et non pas l’achat des mauvaises créances
  2. Relance salariale et de l’emploi
  3. Justice sociale (abris fiscaux abolis, limite de la rémunération des dirigeants ..etc).

C’est une approche  socialiste au problème , article très intéressant, on peut être d’accord ou non.



Profil des victimes: pyramide de PonzI

Pourquoi les gens se font embarquer dans des pyramides ( de Ponzi ) ou croient les gens qui leurs promettent des taux de rendement “trop beau pour être vrai”?

J’ai eu l’occasion de mettre en garde des gens qui me parlaient  de leur volonté d’investir dans des placements “sans risque” avec des rendements de 20%, 30% et 50% . Plusieurs fois, après mes avertissements de prudence, les personnes me disaient que j’était folle de ne pas faire comme eux et d’investir et que je ne comprenais probablement rien à la finance. Par la suite, n’ayant plus de nouvelles des plus convaincus j’apprenais leurs pertes financières ou même leur faillite. C’était vraiment “il n’y a pas de pire sourd que celui qui ne veut rien entendre”.

Un article dans le Wall Steet Journal ,  écrit par un psychologue, sur ce que ce dernier appelle la “gullibility” ou la crédulité , naïveté:

“Why We Keep Falling for Financial Scams

Intelligent people have long been ruined by frauds. Psychologist Stephen Greenspan, who specializes in gullibility, explores why investors continue to be swindled — and how he came to lose part of his savings to Bernard Madoff.”

L’auteur a perdu 30% de son fonds de pension en l’ayant placé chez Madoff:

“I suspect that one reason why psychologists and other social scientists have avoided studying gullibility is because it is affected by so many factors, and is so context-dependent that it is impossible to predict whether and under what circumstances a person will behave gullibly. A related problem is that the most catastrophic examples of gullibility (such as losing one’s life savings in a scam) are low-frequency behaviors that may only happen once or twice in one’s lifetime. While as a rule I tend to be a skeptic about claims that seem too good to be true, the chance to invest in a Madoff-run fund was one case where a host of factors — situational, cognitive, personality and emotional — came together to cause me to put my critical faculties on the shelf.”

Lu: “Corporate Crooks : How Rogue Executives Ripped Off Americans…and Congress Helped Them Do It”

Un livre à lire.  Greg Farrel est un journaliste d’enquête  pour le journal  USA Today  et  se spécialise dans les fraudes des cols-blancs.

Très bien écrit, facile à comprendre, juste assez de détail pour comprendre l’environnement dans lequel se trouve les hauts dirigeants financiers, les courtiers et les analystes des marchés depuis 1980.

L’auteur explique les gestes posés, les acteurs, les dérèglementations qui ont amené cette situation. La modification des salaires fixes vers une rémunération par des options d’achat d’actions qui incitent à trafiquer les livres et à frauder les investisseurs. La dérèglementation et les pressions politiques. Les faibles effectifs de la Security Exchange Commission (SEC), et comment cette dernière a peu de budgets , peu de comptables et avocats pour exercer sa surveillance.

La corruption à tous les niveaux avec peu de moyens pour la contrer.

Le livre a été publié en 2006 , peu après les scandales d’Enron et de WordCom et l’auteur prévoyait d’autres scandales à l’horizon même après l’adoption de la loi Sarbannes-Oxley.

L’auteur donne , dans sa conclusion, les conseils suivants:

  • Soyez sceptique
  • Trouvez comment l’entreprise gagne son argent
  • Ne croyez pas  quand les dirigeants d’entreprise disent avoir trouver une “autre façon de faire des affaires”
  • Il faut  protéger ceux qui dénoncent
  • Pour les employés de ces entreprises: attention à ne pas se retrouver  pris dans le conflit de fermer les yeux pour  garder son emploi ou même d’être complice en trafiquant les livres pour que ça paraise mieux
  • Plus de fonds ( pour engager des employés compétents et en plus grand nombre)  et de pouvoir pour la SEC et des bonis pour les employés pour les motiver à trouver les fraudes ( car ils sont beaucoup moins bien payé que dans le privé).

Fraude au Japon: rendement de 36% et monnaie virtuelle

Une nouvelle fraude vient d’être mise à jour au Japon. Des rendements de 36% vous intéressent?

Vous voulez payer vos comptes avec une nouvelle monnaie virtuelle à l’aide de votre téléphone cellulaire?  Et vous pourrez acheter tout ce que vous voulez après un seul investissement initial.

Le “enten”  est la solution!  Ce sera l’unique monnaie universelle bientôt!

Cliquez ici pour l’article dans lemonde.fr

On estime à 50 000 le nombre de victimes de la fraude.

Madoff: Témoignage de H. Markopolos

Le New York Times résume les efforts de Harry Markopolos pour qu’une enquête soit menée par la SEC ( Security and Exchange Commission) sur les agissements de Madoff . H. Markopolos alléguait ( à compter de 1999)  que Madoff fraudait ses clients dans une fraude de type pyramide de Ponzy .

“Mr. Madoff was arrested in December and charged with running a giant Ponzi scheme — the very accusation Mr. Markopolos said he made repeatedly to S.E.C. employees in Boston and New York to no avail.”

“In the torrent of criticism that Mr. Markopolos and lawmakers heaped on the S.E.C. and its senior staff members, some complaints were serious — that the agency lacked the expertise to tackle major frauds by big players and had no systematic way of dealing with whistle-blowers…”

…”Mr. Markopolos also said he would tell regulators about a dozen private foreign funds — which he said were “hiding in the weeds” in Europe — that raised money for Mr. Madoff and had sustained major losses.

These funds have not yet been publicly identified, he said. And their silent victims most likely include investors of “dirty money,” including Russian mobsters and Latin American drug cartels, he said — although he acknowledged that he did not have specific information about such investments.

A lawyer for Mr. Markopolos said later that his client would make his reports to the S.E.C. inspector general, with whom he will meet on Thursday, and “through other channels.”

À  suivre.

Un exemple d’hameçonnage

Voici un exemple de courriel que j’ai reçu qui est une technique d’hameçonnage. On essaie d’obtenir des renseignements personnels avec une offre “alléchante”, trop belle pour être vraie: une carte de 6,8 millions de dollars…

Les compagnies de cartes n’envoient jamais ce genre de message.

phising002

La fraude aux clics

dreamstime_16784563La fraude aux clics est une fraude qui touche la publicité sur internet. La publicité sur internet est généralement facturé au clic. Vous faites affaire avec un propriétaire de site, qui vend son espace sur ses pages web. L’annonce est montrée sur la page web et quand un internaute clic sur l’adresse du lien, l’entreprise qui achète la publicité est facturée au taux prévu par le propriétaire de la page web. Google, Yahoo, La Toile du Québec sont des exemples qui fonctionnent de cette façon. Un clic peut coûter 0,10$ jusqu’ à plusieurs dizaine de d0llars, ça dépend où est placé la publicité. Plus la page web où est placée l’annonce est populaire, plus le taux au clic va être élevé. Donc, ca devient tentant d’avoir des gens qui cliquent sur les pubs…encore mieux d’avoir des robots ou des programmes informatiques qui cliquent sur les pubs pour augmenter les recettes provenant de la vente de publicité.  Même un compétiteur à l’annonceur pourrait faire cela.

Pour le dernier trimestre de 2008, la fraude aux clics serait de 17,1% des clics de publicité, selon Zdnet.fr. En 2006, Google a été obligé de payer 920 millions à des annonceurs.

“Le taux moyen frauduleux sur les publicités au coût par clic sur les moteurs de recherche, dont Google AdSense et le Yahoo Publisher Network, était de 28,2 % – en hausse sur les 27,1 % du trimestre précédent, mais quasiment stable par rapport aux 28,3 % du dernier trimestre de 2007.” selon Clicks Forensics , cité dans l’article du Zdnet.

Depuis 2007 Google a renforcé son contrôle peut éviter ce genre de fraude aux clics.

Le marché de la vente de pub sur internet est très florissant , il faut donc s’attendre à de plus en plus  de fraudes aux clics.

Voir aussi  un article sur cyberpresse.

The Journey of a Corporate Whistleblower. Extraodinary Circumstances”

fraude

Un livre sur le scandale de WordCom et de sa faillite.

Cynthia Cooper était en charge de la direction du département de vérification interne de WordCom. Après le premier chapître dans lequel on retrouve un résumé de l’histoire , les 200 quelques pages suivantes brosse un portrait de la vie personnelle de l’auteur, de sa carrière et un historique de WordCom. Rien à voir avec la fraude en tant que tel. Personnellement , j’ai trouvé ce bloc très peu intéressant et beaucoup trop long . À partir de la page 223 , on commence à introduire le contexte de la fraude et là ca devient intéressant. Donc environ une cinquantaine de pages sur 400 où nous sommes réellement dans le vif du sujet c’est-à-dire ce qui s’est passé réellement, la chronologie des faits , les acteurs, les tensions…etc.

Une histoire de  manipulation des chiffres: maquillage des états financiers en réduisant des dépenses pour les capitaliser dans des actifs qui eux, seront amortis sur une grande période; un écart aux principes comptables généralement reconnus surtout celui  de l’appariement des revenus et dépenses.  Une seule personne  ne peut manipuler  les chiffres, il doit donc y avoir des “complices” des gens de la direction de la comptabilité, des cadres intermédiaires qui acceptent de faire du maquillage et de passer des écritures qui ne sont pas supportés. Les circonstances de la première fois et par la suite comment les gens  deviennent coincés dans le système.

Pourquoi trafiquer des chiffres?  Pour que les résultats intérimaires paraissent mieux ou sont ceux des  attentes  de Wall Street? Au début , c’est juste temporaire, la situation devrait se résorber au prochain trimestre et avant la fin de l’exercice financier…donc, pas de mal. Sauf que la situation économique ne s’améliore pas parce que les chiffres sur papiers sont changés. De trimestre en trimestre , les chiffres doivent être ajustés et on s’arrange pour brouiller les pistes pour ne pas lever un drapeau rouge pour les vérificateurs externes ( encore la, un peu de complaisance de leur part) lors de la vérification annuelle.

Mais pourquoi des gens acceptent de le faire? Pour sauvegarder leur job, parce qu’ils se disent qu’en trouver une autre aussi payante va être difficile, qu’ils ne veulent pas déménager de leur ville, qu’ils ont une famille à charge. Pour certains , ça dépend de leurs bonis, de leurs options d’achat d’actions…etc.  Ils regrettent tous, après le fait, d’avoir poser ces gestes et ne l’auraient jamais fait sachant l’engrenage dans lequel ils s’embarquaient. Nul n’est contre la vertu. Ils n’ont pas reçu directement de l’argent pour s’être embarqués dans ce schéma, ils veulent juste conserver leurs jobs et conserver leurs fonds de pension.

Ce qui fait réfléchir c’est l’élément suivant: dans une organisation, devons-nous agir contre l’intérêt du publique, contre une certaine éthique pour sauvegarder sa job? Dois-je agir en dehors de mes convictions personnelles et de mes valeurs personnelles quand un patron me demande de faire quelquechose de “pas trop correct”?

LU: “Tilted. The Trial of Conrad Black ” de Steven Burka

Le procès de Conrad Black pour fraude durant l’été 2007 à Chicago. Tous les détails y sont mentionnés . L’attitude des procureurs, des avocats de la défense, du juge. L’auteur, avocat de profession, décrit les différences entre le système américain et canadien durant un procès , les erreurs faites par les parties et l’arrogance de certains ainsi que toutes les étapes du procès. Il conclut en écrivant que si le procès avait été tenu au Canada, le verdict aurait été différent. D’ailleurs , il raconte aussi les efforts de Conrad Black pour obtenir un passeport canadien. On se rappellera que ce dernier, né au Canada, avait renoncé à sa citoyenneté canadienne pour avoir le titre de Lord en Angleterre : Lord Black, baron de Crossharbour et purge une peine d’emprisonnement de 6 ans et demi en Floride.

À  lire aussi   dans la Presse:   L ‘ arrogance a peut-être coulé Conrad Black

À lire sur Radio-Canada: Conrad Black veut en appeler de son procès

Aussi: Conrad Black va en appel

Des commentaires de juristes québécois:  Black Monday pour Conrad Black

Le site internet de Steven Skurka, l’auteur du livre; The Crime Sheet

Un blog de Conrad Black : Blacks Justice . Ce blog donne des liens sur les récents articles de Conrad Black.  Depuis mars 2008 jusqu’à aujourd’hui. Des articles écrits par Conrad Black dans le National Post.

Un mini-Madoff: Accusation en Floride de A.Nadel

Accusation d’Arthur Nadel en Floride pour détournement de 350 millions.  Il est disparu depuis le 21 janvier 2009 et sa famille mentionne qu’il était déprimé et parlait de suicide.

source: à lire dans Le Figaro

Ça semble petit comparé à la fraude de Madoff mais pour les gens qui ont placé les économies d’une vie c’est une catastrophe. Que ce soit une fraude globale de 50 billions ou une de 100 millions ou de 130 millions comme dans le cas de Lacroix, pour les gens qui comptaient sur ces sommes pour leur retraite ou autre le drame est le même.

Quelle est donc la solution? plus de surveillance, plus de contrôle? En tout cas, beaucoup de gens se mettront à douter de leur représentant et c’est probablement une bonne chose que d’être plus prudent.

.

Profil des fraudeurs: des hommes ou des femmes?

image-acfe1Quelques statistiques sur le sexe des fraudeurs et la valeur des sommes détournées:

  • 60% des fraudeurs sont des hommes contre 40% pour les femmes;
  • la fraude moyenne d’une femme est d’environ 110 000$ contre 210 000$ pour les hommes.

Ces statistiques sont tirées de 2008 Report to the Nation on Occupational Fraud and Abuse de L’ Association of Certified Fraud Examiner disponible en cliquant ici.

On y explique que la différence entre l’importance de la fraude des femmes comparée aux hommes est que ces dernières n’accèdent pas à des postes élevés dans le management ou la haute direction exécutive ( glass ceiling). Plus la personne est élevée dans la hierarchie, plus la fraude est importante.  Les employés gagnant 50 000$ et moins fraudent pour en moyenne 75 000$ et la majorité travaille au département de la comptabilité.

ua-7044257-1